Les cicatrices : Conseils naturopathiques

naturo cicatrice

A moins d’être fan absolu d’Albator naturo cicatrice albator petit,

il est bien rare que nous acceptions qu’une cicatrice reste sur une partie de notre corps et encore moins au visage ! Evidemment je vous parle pas d’une simple égratignure mais d’une réelle trace qui reste ! Qu’elle soit linéaire ou pas, elle est frequemment mal vécue. 

Allez un peu d’anatomie, c’est quoi une cicatrice ?  

Une cicatrice est la partie visible d’une lésion du derme après que le tissu s’est réparé.  Ce processus naturel s’effectue suite à une incision effectuée au cours d’une opération ou lors d’une blessure. 

Des cicatrices internes peuvent aussi demeurer suite à certaines interventions chirurgicales ou blessures plus profondes.  La cicatrisation fait partie intégrante du processus de guérison. Le tissu cicatriciel n’est pas identique au tissu qu’il remplace et est habituellement de qualité fonctionnelle inférieure. Par exemple, les cicatrices cutanées sont plus sensibles au rayonnement ultraviolet sans compter que les glandes sudoripares et les follicules pileux ne se développent pas sous la cicatrice. 

Avant 18 mois, une cicatrice continue à évoluer, d’ailleurs au cours du processus de réparation de la peau, la cicatrice changera d’aspect plusieurs fois : 

  • Phase inflammatoire (1er au 8e jour) : la cicatrice est rouge et gonflée
  • Phase néoangiogénique : des nouveaux vaisseaux sanguins sont formés
  • Phase de synthèse du collagène : ces fibres ayant une fonction de soutien de la peau
  • Phase de remodelage (au delà de 6 mois jusqu’à 18 mois) : cette dernière étape de reconstruction est la plus longue : elle dure plusieurs mois.

Au delà de 18 mois, la cicatrice devenue mature aura pris son apparence définitive, et il ne sera donc plus possible de la faire disparaître (ou du moins par des méthodes naturelles). 

Problèmes de cicatrisation ? 

naturo cicatrice difficile

Certaines personnes cicatrisent mieux que d’autres. Pourquoi ?

La réponse est à la fois simple et complexe. Le facteur génétique et la gravité de la « blessure » jouent sûrement un grand rôle, mais des éléments extérieurs influencent également le processus. 

Une mauvaise hygiène alimentaire dont découlera des carences en vitamines et minéraux, l’obésité, le tabagisme, le diabète, le degré d’infection de la plaie, le stress et l’âge. L’âge effectivement joue un rôle car les personnes jeunes auront tendance à hypercicatriser alors que les plaies des plus âgés prendront plus de temps à se refermer et à se régénérer en fonction de l’affaiblissement des défenses immunitaires. Tous ces facteurs influenceront le processus de cicatrisation et laisseront, au final, une cicatrice plus ou moins esthétique. 

La localisation de la plaie est aussi un facteur important. Une plaie à une articulation, un genou par exemple, prendra plus de temps à cicatriser en raison de l’utilisation que nous en faisons. L’épiderme se refermera donc plus lentement alors que d’autres régions « moins actives », telle la surface de l’avant-bras, mettront moins de temps à cicatriser.

Certaines anomalies de cicatrisation peuvent survenir :

  • Les cicatrices d’acné concernent plus de personnes qu’on ne le pense. Elles se caractérisent par des tâches brunâtres ou des cicatrices ayant un aspect « creux ». 
  • Les cicatrices hypertrophiques se caractérisent par leur apparence relativement bombée. Leur aspect continue d’évoluer au delà des 18 mois au bout desquels, une cicatrice n’évolue normalement plus. Elles ont généralement un aspect rougeâtre et peuvent faire l’objet de démangeaisons. Elles surviennent lorsque le processus de cicatrisation a été altéré par des corps étrangers. Leur étendue se limite à la plaie initiale.
  • La cicatrice chéloïde se distingue de la cicatrice hypertrophique lorsque le tissu cicatriciel ne se limite pas à la plaie initiale et qu’elle envahit d’autres parties de la peau. Ce genre de cicatrice continue aussi à évoluer dans le temps au delà de la phase de maturation. Elle survient souvent après des brûlures ou des opérations médicales. 

Incidences des cicatrices 

naturo fleur ROSE visage

Sur l’esthétique : Toute cicatrice au plan cutané laisse une trace plus ou moins visible. Si la cicatrice du visage sur un sportif peut marquer un certain niveau de virilité, elle est le plus souvent à connotation inesthétique et peut conduire jusqu’à une intervention à visée de réparation esthétique. 

Sur la douleur : Certaines cicatrices peuvent présenter un côté douleur plus ou moins important. Il faut impérativement évaluer la sensibilité 

  • Sensibilité permanente ou non
  • Sensibilité au touché et à la palpation
  • Sensibilité au froid ou au chaud, etc.

Sensibilité exacerbée par le contact (d’un vêtement par exemple)
Une cicatrice peut être douloureuse plusieurs années après l’opération chirurgicale, et avoir un effet sur l’état psychologique.

Incidence fonctionnelle  : Une cicatrice peut avoir plusieurs niveaux d’incidence fonctionnelle en fonction d’adhérences, fibroses ou élasticité tissulaire :

  • Blocage articulaire
  • Diminution d’amplitude articulaire
  • Tension cutanées et sous cutanées
  • Trouble de l’équilibre postural
  • Trouble psychique

L’alimentation réparatrice 

L’alimentation jour un rôle indéniable dans la cicatrisation des tissus. Je vous cite ici quelques nutriments, vitamines et oligoélements utiles pour aider dans la processus de cicatrisation cela étant, il est bien évident que le chaque nutriments, oligoélements et vitamines jouent des rôles et s’imbriquent les uns aux autres. Il est donc très important d’avoir une alimentation variée et équilibrée.

Les Protéines

Le manque de protéines et certains acides aminés peuvent retarder la cicatrisation car en effet les protéines sont des nutriments essentiels car elles améliorent la circulation du sang grâce à deux acides aminés qui renforcent les tissus. C’est pourquoi elles font partie des nutriments qui aident à cicatriser les blessures. Elles sont indispensables pour une vie saine.

Pensez à booster  votre alimentation en glutamine, elle stimule entre autre, le métabolisme des protéines, des lipides, des glucides et favorise un bon équilibre acido / basique. Les aliments d’origine animale sont riches en glutamine, à savoir les viandes, les poissons et les fruits de mer. Les légumineuses et les produits céréaliers en sont également des sources importantes. Certains végétaux verts en contiennent une quantité appréciable, à l’exemple du persil cru et des épinards.

L’arginine un autre acide aminé, favorise également la synthèse de collagène. Parmi les plus riches en arginine, on retrouve la pistache, l’amande  et le lin. Viennent ensuite les œufs de poisson, le jaune d’œuf, la viande de bœuf, les fèves de soja, la farine de sarrasin, le chocolat amer, la semoule de blé dur, les haricots verts, le lait de coco et de soja, les pommes de terre bouillies et les carottes. 

Les aliments riches en Zinc

Le zinc stimule le système immunitaire en augmentant le nombre de lymphocytes T (globules blancs qui aident à combattre l’infection) circulant dans le sang et en les activant. Il a donc une activité anti-infectieuse intéressante. Il permet une meilleure cicatrisation des plaies (comme les ulcères) et des brûlures. Il aide à lutter contre les problèmes de peau : acné, psoriasis, herpès, vergetures, … notamment grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes .

Vous trouverez ce nutriment dans la viande rouge, les oeufs, fruits de mer en général, le son de blé, les légumineuses, farine de sésame et tahin, graines de courge et de potiron, poudre de cacao, cacahuètes. etc. Dans l’article suivant, vous pourrez découvrir les aliments riches en zinc.Attention toutefois à ne pas prolonger vos apports en zinc, qui pourraient limiter l’absorption du cuivre et altérer la cicatrisation. même modéré de zinc (25 mg/j). 

Le Fer, un oligoélément indispensable à cicatrisation 

Comme le zinc, le fer est indispensable à la cictrisation. Le manque de fer et, par conséquent, l’anémie, retardent la guérison de lésions ou de blessures ; c’est pourquoi, pour une guérison rapide, il est recommandé de consommer des aliments riches en fer comme le sont les légumes verts, la dinde ou les lentilles, entre autres.

Et enfin le manganèse

Tout comme les précédents oligo-éléments, intervient comme cofacteur enzymatique dans la synthèse du collagène. Les oléagineux en sont riches, tout comme les céréales complètes, les épinards, le soja, le riz et l’ananas.

Des vitamines  et en particulier :

  • La provitamine vitamine A ou bêta carotène permet le renouvellement des cellules de la peau,  mais aussi son élasticité. Vous trouvez cette précieuse vitamine dans la carotte (crue ou cuite), le poivron, le potiron, l’épinard, la laitue, la tomate, le cerfeuil, le cornichon, l’abricot, le melon  et le persil frais.
  • La Vitamine C  intervient dans la synthèse du collagène lors de l’hydroxylation de la lysine et de la proline. Un déficit diminue la production de collagène par les fibroblastes, augmente la fragilité capillaire, augmente le risque infectieux. Brocoli, choux de bruxelles, poivron rouge,courgette, fraises, kiwi, papaye, cassis, les agrumes sont tous d’excellentes sources de vitamine C.
  • Un déficit en vitamine K peut retarder la cicatrisation par les risques hémorragiques qu’il entraîne : pensez aux brocolis, chou vert, choux de Bruxelles, cresson, épinard, laitue, assaisonnés d’huile végétale de colza ou de soja.
  • La vitamine E intervient en maintenant l’intégrité des membranes cellulaires, de par ses propriétés anti-oxydantes et permet de  moduler la réponse immuntaire : Le germe de blé et son huile en sont riches, tout comme l’huile de noix, d’olive et de colza. Grignotez de temps en temps des amandes ou des abricots secs et pensez aux céréales complètes, bien pourvues en cette précieuse vitamine.
  • Les Vitamines B contribuent à l’hydratation de la peau, interviennent dans la libération d’énergie depuis les glucides et le pontage chimique entre les fibrilles du collagène : tous les légumes en sont riches, à toutefois d’être consommés crus ou cuits à l’étouffée ou à la vapeur. Pensez tout spécialement à la vitamine B5, qui aide plus spécifiquement à la cicatrisation et que vous trouverez surtout dans tous les abats (foie, rognons), céréales, germe de blé et oléagineux.

 Vous l’aurez compris une alimentation équilibrée

est indispensable pour aider la peau à se réparer au mieux.

 

Prochain article, sur les cicatrices

naturo pomme donne

 

Le domaine de la cicatrice étant très vaste, vous trouverez la suite dans mon prochain article : 

  • Les cicatrices recentes : Les outils pour réparer
  • Les cicatrices anciennes : quels outils pour estomper celles-ci
  • Fuites énergétiques et cicatrices : L’impact sur la santé.

 Pour me consulter CLIQUEZ

Vous devriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Je suis spécialisée dans la gestion du stress et l’accompagnement des femmes de 40 ans à la préménopause et ménopause, mais aussi des troubles féminins.

Transmettre est une passion et les rencontres sont toujours enrichissantes ! Je suis formatrice indépendante pour plusieurs organismes de formations en naturopathie.