Gros plan sur les légumes secs

naturo légume secs

  Les Légumes secs, sources de protéines précieuses et économiques, des aliments exceptionnellement riches en protéines et en éléments minéraux.

Plus riches en protéines que la viande !

Leurs protéines sont complémentaires de celles des céréales, c’est-à-dire qu’elles apportent les acides aminés que les céréales contiennent en quantité insuffisante, notamment la lysine.

  Ils sont également très riches en magnésium (en moyenne 100 mg pour 100 g, contre environ 20 mg pour la viande, 30 à 50 mg pour le fromage, 10 à 20 mg pour la plupart des fruits et des légumes verts), en fer, en cuivre, en phosphore, en calcium.

  Ils contiennent également des vitamines (A, B1, B2, 63). Par contre, ils sont presque dépourvus de matières grasses (à l’exception du soja), ce qui est un avantage puisque notre alimentation est très largement excédentaire en corps gras.

Mauvaise réputation injustifiée !

Certains légumes secs – notamment les haricots – ont mauvaise réputation, On les accuse d’être indigestes, de provoquer des gaz, d’être encrassants, de faire grossir, d’être peu savoureux.

    Cette réputation vient de ce qu’on a oublié quelques règles simples, mais indispensables si l’on veut que les légumes secs soit savoureux et faciles à digérer.

Il est vrai que certains légumes secs crus contiennent des substances rendant leur digestion difficile (saponines, glucosides, inhibiteurs de la trypsine, etc.), mais ces substances sont détruites par un trempage et une cuisson suffisamment longue.

Réapprendre à les cuisiner

    Certains légumes secs, comme les lentilles, sont faciles à digérer, sans trempage et après une cuisson relativement brève. D’autres exigent des préparations particulières, souvent très simples : germination, cuisson prolongée, élimination des peaux, cuisson en présence de certains aromates. Bien préparés, et mangés en quantité modérée, les légumes secs deviennent alors délicieux et leur digestion ne pose plus aucun problème.

Temps de cuisson :

Lentilles corail : 20 mn environ
Lentilles vertes ou brunes : 20 à 30 mn
Haricots secs : 45 mn à 1 h
Pois chiches : 1 h
Fèves : 1 h
Pois cassés : 1 h

Les petits trucs en plus

Ne salez pas l’eau de cuisson : cela durcit les légumes secs. Si vous les mangez nature, ajoutez une pincée de fleur de sel de Guérande et un filet d’huile vierge crue, dans votre assiette !
Si vous en avez le temps, laissez les pois chiches germer une journée après le trempage, en les laissant à température ambiante dans la passoire. Ils en seront plus digestes.
Ajoutez le petit ingrédient à l’eau de cuisson qui change tout et les rend plus digestes : un tronçon d’algue Kombu, de la sarriette, de la sauge,  ou éventuellement une pincée de bicarbonate.
Cuisez la quantité prévue pour 2 repas (en comptant 50 à 80 g par personne et par repas) : les légumes secs s’accommodent très bien en salade froide.

Très économique !

Compte tenu de leur valeur nutritive, les légumes secs sont des aliments très bon marché, tout en apportant davantage de protéines et d’éléments minéraux que la viande. D’autre part, ils ne risquent pas de s’avarier (à condition d’être conservés dans un endroit sec et relativement frais), leur conservation n’exige ni réfrigérateur ni congélateur I

          La lentille est une des légumineuses les plus riches en protéines (24 à30 %) et en éléments minéraux. Elle est aussi une des plus digestes et des plus appréciées sur le plan gustatif, notamment par les enfants.

    Les haricots secs ont constitué pendant des millénaires, avec le maïs, la base de l’alimentation de tout le continent américain, où ils restent des aliments très appréciés. Cuits longuement, sur le coin du feu, en présence d’aromates, et notamment de sarriette – que les allemands appellent “l’herbe à haricots” – ils sont excellents et très digestes.

      Les pois secs ont été pendant longtemps les légumineuses les plus consommées dans une bonne partie de l’Europe du Nord. Ils permettent de confectionner des purées et des soupes savoureuses.
On peut utiliser soit le pois sec entier que l’on faisait traditionnellement cuire après l’avoir fait germer, soit le pois cassé de cuisson plus rapide car il est débarrassé de sa peau.

      Les pois chiches, légumineuse de base de tout le bassin méditerranéen, constituent le complément indispensable du couscous, mais ils peuvent donner lieu à des préparations variées et savoureuses. On peut les manger en grains avec la plupart des céréales ou en mettre dans les soupes de légumes, ou encore en faire des galettes (les panisses), des croquettes (les falafel israéliens), des purées (l’humus libanais) ou des beignets. Rares sont ceux qui n’apprécient pas cette délicieuse légumineuse.

      Les azukis sont de petits haricots rouges, remarquables tant par leur saveur que par leur digestibilité. Ils sont particulièrement bénéfiques pour les reins et permettent la préparation d’excellents desserts (par exemple, des chaussons aux azukis).

Céréales + légumineuses : Mariage heureux !

De plus en plus de nutritionnistes, de cardiologues et de cancérologues découvrent le lien très étroit entre I’alimentation et la santé et dénoncent l’excès de protéines et de graisses animales dans l’alimentation courante.

L’argument médical récent s’ajoute à la tradition ancestrale pour nous rappeler l’alternative des protéines végétales afin de réduire sans difficultés la consommation de produits animaux.

    Les protéines qu’absorbe notre organisme sont composées de 20 acides aminés combinés en différentes proportions. Huit de ces acides aminés ne peuvent pas être synthétisés par notre corps, ce sont les acides aminés indispensables (A.A.I.). Ces huit acides aminés indispensables doivent être présents simultanément et dans de bonnes proportions pour permettre l’assimilation des protéines dont ils font partie. Même si sept acides aminés indispensables sont présents en quantité égale ou supérieure à 100 % des besoins, le huitième acide aminé indispensable, présent à un taux inférieur aux besoins, limitera à lui seul l’assimilation globale des protéines et annulera partiellement la présence des autres acides aminés. Le graphique ci-après illustre très bien l’effet limitatif que peut exercer chacun de ces acides aminés indispensables.

Le problème d’un « acide aminé limitatif ”

On peut donc très bien comprendre qu’au lieu de consommer un seul type de protéines végétales, avec un taux d’assimilation réduit, il soit possible de combiner des aliments complémentaires tels que les céréales et les légumineuses. Un mélange de sources protéiniques peut ainsi permettre d’atteindre un résultat où le tout est plus grand que la somme des parties, ainsi que le montre ce tableau d’équivalence par rapport à la viande.

Les légumes secs sont d’excellentes sources de protéines. En association avec les céréales, on obtient des protéines bien équilibrées, de bonne qualité nutritionnelle. Cette association céréales et légumes secs, c’est aujourd’hui la base des régimes végétariens – se retrouve dans de nombreuses alimentations traditionnelles. Par exemple : 
– riz + soja en Asie, semoule de blé + pois chiches dans le couscous,  maïs + haricots rouges en Amérique latine, l’orge + les fèvesla soupe minestrone Italie (pâtes + haricots blanc)… 

naturo protéines végétales

   Perso moi j’adore les légumes secs, je mange souvent des fèves fraiches achetées au rayon surgelé, des haricots blancs, pois cassés et les lentilles que j’affectionne beaucoup !

 Ce que j’aime c’est qu’on peut les faire cuire à l’avance ça se conserve très bien au réfrigérateur puis je les assaisonne après ! Gain de temps assuré !

en savoir plus

(*) Extrait de « Sans Viande et Sans Regrets  » (Ed. de l’Etincelle) 

http://adverbial.free.fr/cuisinebio/image/legumineuses.pdf

source

Vous devriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos

Je suis spécialisée dans la gestion du stress et l’accompagnement des femmes de 40 ans à la préménopause et ménopause, mais aussi des troubles féminins.

Transmettre est une passion et les rencontres sont toujours enrichissantes ! Je suis formatrice indépendante pour plusieurs organismes de formations en naturopathie.